Experts en finance et technologie
Financement par capitaux propres (1ière partie)

Le financement – Une Boîte Noire –

Le financement est souvent une boîte noire pour le PDG d’une PME. La principale activité du gestionnaire n’étant pas de faire de la gestion financière mais de gérer l’entreprise, de créer des produits et de les vendre. Afin de démystifier la chose, le présent article est le premier d’une série de plusieurs articles consacrés au  financement d’entreprise.

Les PME contribuent grandement à l’économie québécoise et canadienne. Leur lancement ou leur expansion demande beaucoup d’efforts et surtout de fonds. Chaque PME est unique et comporte des besoins en financement spécifiques qui doivent être taillés sur mesure. Nous espérons que nos articles sauront apporter des réponses à vos interrogations sur ce sujet moins souvent abordé, sans trop vous inonder d’information complexe.

Financement par capitaux propres (1e partie)

Le financement par capitaux propres est une source importante d’apport en capital pour les entreprises, et ce, à tous les stades de leur développement. Ce type de financement permet de rester libre de dettes mais en revanche, un pourcentage de l’entreprise ou des profits de l’entreprise devra être cédé à l’investisseur. À l’opposé, certains entrepreneurs empruntent de l’argent pour financer leur entreprise; ce faisant, ils s’endettent et doivent rembourser leurs prêts avec des intérêts. Cette façon de faire permet de conserver l’entière possession de l’entreprise, par contre l’entrepreneur absorbe à lui seul le risque. Il faut retenir que tous les financements par dettes requièrent un partage de risque entre le prêteur et l’entrepreneur, soit par une mise de fonds (en capitaux propres ou sous forme d’avance) ou en fonds auto-générés des opérations courantes.

Le financement par capitaux propres provient majoritairement des principaux promoteurs de la PME ou par une réinjection des bénéfices non-répartis. L’accès à du financement externe, sous forme de capital de risque, est très restreint au Québec selon certains constats et études. Si le plan d’affaires de l’entreprise est suffisamment rigoureux pour convaincre un investisseur, et que l’entrepreneur est entouré d’une équipe de gestion hors pair, l’accès aux capitaux propres devient alors possible.

Le financement par capitaux propres comporte certaines particularités. Contrairement au financement bancaire, le financement par capitaux propres ne comporte pas de garantie pour les investisseurs. La seule garantie est que la société soit rentable afin que l’investisseur puisse réaliser un rendement intéressant basé sur la valeur future de sa participation. Le taux de rendement exigé est plus élevé que le financement bancaire car les garanties sont inexistantes. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que l’accès à ce type de financement soit difficile pour une entreprise en démarrage ou œuvrant dans un secteur d’activité offrant peu de rendement, par ex, la restauration, le commerce de détail, etc.

Sources de capitaux

  • Investissement personnel des principaux promoteurs de l’entreprise (épargne personnelle, fonds de pension, REER, emprunts personnels, etc.)
  • Bénéfices non répartis (réinjection de manière à contribuer à la croissance)
  • Capital amical (famille, fournisseurs, partenaires)
  • Financement participatif (crowdfunding)
  • Anges financiers (entrepreneurs et professionnels d’expérience)
  • Capital de développement (Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif, Fondaction, Fonds FTQ, Investissement Québec et BDC)
  • Capital de risque formel (sociétés publiques ou privées)
  • Appel public à l’épargne (IPO) (besoin massif en capitaux, encadrement par l’Autorité des marchés financiers)

Principales utilisations des fonds obtenus

  • Amorçage / Démarrage
  • Croissance
  • Économie verte
  • Entreprise de technologies de l’information
  • Exportation et nouveaux marchés
  • Rachat de l’entreprise par les gestionnaires (MBO)
  • Financement de la relève
  • Développement et R&D
  • Crédit relais (bridge)

Avantages

  • Ne comporte aucune charge financière (sauf les dividendes)
  • Pour le capital de risque formel et de développement, permet d’avoir accès à des partenaires stratégiques
  • Augmente les liquidités de façon considérable par rapport aux autres formes de financement d’entreprise
  • Augmente la capacité d’emprunt de l’entreprise mais réduit le niveau de contrôle exercé par le propriétaire

Inconvénients

  • Les dividendes ne sont pas déductibles d’impôt (pour l’entreprise)
  • Lois sur les Valeurs mobilières très strictes
  • Lourdeur administrative (mise en place de comités formels et d’un conseil d’administration dans certains cas)

Sources d’information

Nous vous invitons à consulter le répertoire de Réseau Capital afin de trouver le partenaire idéal pour financer votre entreprise si vous êtes à la recherche de capitaux externes.

Réseau Capital est la seule association du capital d’investissement qui regroupe tous les intervenants de la chaîne d’investissement œuvrant au Québec. Réseau Capital compte plus de 425 membres (sociétés d’investissement en capital privé, fonds fiscalisés et fonds publics et autres).

Canadian Venture Capital and Private Equity Association (CVCA)  est le penchant canadien de Réseau Capital. Cette association regroupe près de 1500 membres.

Si vous souhaitez partager vos réflexions sur ce blogue et son contenu, il suffit de nous écrire à info@6dt.ca. Nous avons hâte de lire vos commentaires et vos réactions.

Références : Journal Les Affaires, Réseau Capital, CVCA.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :