Plan B pour entrepreneurs en convalescence

Nous l’avons déjà observé : une entreprise est en pleine croissance, le fondateur vient de signer un important contrat avec un nouveau client, et, dès la tombée du stress, son corps lui envoie plusieurs signaux de détresse. Visite à la clinique, batterie de tests, et on lui présente un diagnostic qui chamboule tout. Les soins s’annoncent d’une longue durée et l’entrepreneur doit consacrer toute son énergie à sa guérison.

Selon les estimations canadiennes, on prévoit qu’une personne sur deux sera atteinte d’un cancer au cours de sa vie. Cette statistique effroyable nous rappelle que la fragilité humaine peut se manifester à tout moment, sans égard à nos ambitions et à nos projets.

Quoi faire lorsque l’entrepreneur doit s’absenter pour une longue période pour des raisons de santé?

La première chose à faire est de parler à son équipe. Sans nécessairement tout dévoiler, l’entrepreneur devrait informer ses collègues et employés de sa situation et ouvrir l’espace pour que chacun puisse exprimer ses émotions, ses inquiétudes, ses encouragements et ses questions. Il est normal de ne pas avoir toutes les réponses devant tant d’inconnu. On peut cependant partager ses intentions concernant la continuité de l’entreprise et demander la collaboration de tous afin d’établir le plan.

La deuxième chose à faire est de mettre en place le plan de contingence. En avez-vous un? Plusieurs petites entreprises n’ont pas vraiment établi ce plan visant à réagir efficacement et avec un minimum d’impact sur les affaires de l’entreprise en situation d’urgence.

Dans le cas d’un entrepreneur qui doit se retirer subitement de ses fonctions, on doit penser aux différents rôles qu’il joue auprès des employés, des clients et des fournisseurs, et de son influence sur les différentes activités de l’entreprise. Ses activités devront fort probablement être déléguées à plusieurs ressources possédant des compétences respectives. L’externalisation de tâches (qu’on aime aussi appeler « uberisation ») peut être très utile, à la fois parce qu’elle libère les employés qui doivent concentrer leurs efforts sur leurs nouvelles responsabilités et qu’elle permet d’aller chercher des ressources complémentaires possédant l’expertise de l’entrepreneur.

Des procurations doivent être également signées afin de donner l’autorité à certains gestionnaires clés de signer des chèques, d’avoir accès aux comptes bancaires et de gérer documents légaux en son nom.

Ensuite, l’entrepreneur doit aviser ses actionnaires de sa situation et des mesures qui ont été prises afin d’assurer la survie et la croissance de l’entreprise à moyen terme.

Lorsqu’il aura passé les rênes de son entreprise, l’entrepreneur devra accepter que celle-ci avance sans lui. Il ne pourra pas être de toutes les décisions, et certaines erreurs se produiront certainement. Il pourrait toutefois s’assurer d’être consulté sur certains sujets, qui auront été définis dans le plan de contingence.

 Apprendre à lâcher prise est pour certains le travail d’une vie. Mais, souvent, les grandes épreuves apportent avec elles une grande sagesse.

%d blogueurs aiment cette page :